jeudi 29 novembre 2018

L'Adieu aux Armes 
Et l'Adieu tout court 

Bon. C'est le moment des au revoir. Et sûrement le moment aussi le moment du billet de blog le plus long du monde. 

Lundi ça a été démobilisation de la Wool War One. A quelques jours près cinq ans après le début de cette bizarre histoire du Délit Maille, après ce jour où on s'est dit Tiens on va tricoter le monde.

Pendant 5 ans, on a enchaîné les mailles endroit, les mailles envers. C'était géant. Tirer sur un fil pour raconter tout et n'importe quoi, faire naître un personnage à partir de juste un bout de fil, triturer la matière, se piquer les doigts, modeler en grimaçant le truc obtenu jusqu'à ce qu'il ressemble un peu à l'image qu'on avait en tête, rêver le décor, le construire, embarquer tout ce petit monde dans nos poches pour aller les photographier là où on pourrait se dire que c'est exactement ĺà qu'il fallait aller, là et pas ailleurs. Raconter dix mille histoires insignifiantes et minuscules à partir d'un bout de fil, ça a été fantastiquement bien. 

Se laisser inspirer par n'importe quoi et se dire qu'il y avait une histoire à raconter. 

Un Moaï sur la plage de Dunkerque où la lumière était juste parfaite 



S'approprier les Liaisons Dangereuses et prendre le train avec dans les poches des marquises empoitrinées et des galants emplastronnés parce que à part à l'Opéra de Paris nulle part on ne pouvait raconter cet embrouillaminis de conspirations amoureuses 


Embarquer Woody sur le Paris-New York parce que. 




Le retour de la neige et sans chercher à savoir pourquoi accepter l'idée que c'était le décor idéal pour un Karl Marx. Les cheveux sûrement.


Tricoter le foot 



La musique 



Etre en colère et tricoter Trump


Revoir Forrest Gump pour la millième fois et donc se tuer les doigts sur le jacquard de la chemise à carreaux. 



Ecouter la radio, Sur les Epaules de Darwin, et savoir qu'on ne serait tranquille que quand on l'aurait fait. Donc le faire. 





Pendant 5 ans ça aura été ça. L'impression d'être libre de tout raconter comme on voulait le raconter. En mode no limit. Avec juste du fil. Plus de 300 choses parfois bancales, parfois pas, sans trier, sans hiérarchiser. 

Et terminer par un truc  infaisable. Raconter un moment d'histoire du monde, une espèce de lien funeste qui lie les Hommes partout dans le monde encore 100 ans après. Laisser l'Histoire aux historiens et se concentrer sur les histoires minuscules. 
Les minuscules hommes pendant la gigantesque première guerre mondiale.  

Avoir la chance de croiser, incognito, des visiteurs et à les entendre, se dire que ça le fait. Qu'on a réussi à raconter ce qu'on voulait raconter. 

Etre conforté dans cette réassurance en voyant les photos d'un photographe très très doué dans l'objectif duquel il y a très exactement ce qu'on rêvait que les gens voient, au-delà du jersey envers. 

( les sublimes photos de la WWO sont de Cedric , sur Instagram @unautreg et sur Twitter @UnAutreG )












Accepter (encore et encore) de se laisser embarquer dans cette aventure participative en forme de bouquet final jusqu'à la disparition de l'oeuvre. 


Boum. Plus rien. Juste le souvenir. 

Il faudrait des mercis. Plein. Cent fois par jour, un nom ou un pseudo qui surgit, dans un coin de la tête, d'une personne à remercier. Parce qu'à un moment ou un autre on l'aura croisée et qu'elle aura contribué d'une façon ou d'une autre à écrire cette chose. 

Vous êtes beaucoup trop. On va en oublier. Des précieux, des discrets, des hyperactifs, des restés anonymes, des militants, des foncierement gentils, des drôles, des avec qui on vit et des qu'on n'a jamais vus, des célèbres et des anonymes, des hyperdoués de la tête ou des mains ...

C'est beaucoup trop risqué cette affaire de mercis. Quand bien même on réussirait à la faire cette liste sans oublier personne, il faudrait encore savoir dans quel ordre présenter tous ces gens comme s'il y avait une hierarchie. 

Non. 

On ne va pas le faire. 

On va juste vous adresser un merci collectif oú chacun prendra sa part. Mais un merci immense pour être sûr qu'il y en ait pour tout le monde. 

Donc merci.

Et au revoir vu que c'est la fin de la Wool War et du Delit Maille.

C''est le point final de cette drôle de parenthèse artistique et humaine.

Ca aura été très fantastique.

Pour un final qui ait de l'allure et pas triste du tout, un dernier petit Ziggy



That's all folks. Bye. 

35 commentaires:

  1. mille mercis pour cette belle aventure, mais aussi pour l'existence même de ce blog, si inspiré ! Isa G

    RépondreSupprimer
  2. Rassure nous, tu cesses de tricoter des personnages mais le blog va bien rester en ligne à titre de souvenir au moins ? Merci à toi aussi pour tout ce que tu nous a fait partager et l'aventure exceptionnellement unique et merveilleuse de la WW1 - {Coeur avec les doigts}

    RépondreSupprimer
  3. Oh, Anna, j'ai les yeux qui piquent.
    C'est à nous de te remercier pour tout ce que tu as fait et nous as fait faire ;o) !
    Je suis triste que Délit Maille s'arrête. J'espère que tu en laisseras l'accès libre, j'adore y revenir et le faire visiter...
    Encore bravo pour ton œuvre tant ici que sur la Wool War One et pour ton talent à mener les troupes (J'espère avoir été un bon petit soldat).

    RépondreSupprimer
  4. Ah mais non, tant de tristesse dans cet adieu :(
    Fan de la première heure du Délit Maille (je mesure la chance d'avoir vu ces petits bonhommes en vrai au Château de Flers <3 Et celle d'avoir servi de relais pour la WWO et du coup d'avoir pu te rencontrer en vrai lors de l'inauguration à la Piscine de Roubaix)je comprends que tu ais envie de passer à autre chose, mais l'actualité en laine me manquais déjà avant même de savoir que tu n'y reviendrais plus...

    Bonne continuation. J'espère que je suivrais tes projets à venir, aucun doute qu'ils me plairont autant que le Délit

    RépondreSupprimer
  5. Merci à toi aussi, et à toutes et tous les autres pour ces échanges, fou-rires et autres billevesées qui resteront dans nos souvenirs. On attend devant la boîte aux lettres....

    RépondreSupprimer
  6. merci à toi pour nous avoir associe à ta formidable aventure des soldats tricotes , de m'avoir permise de te rencontrer à Lille lors cette aventure , d'avoir pu admirer tes bonhommes de laine lors d'expositions, de lire ton blog , et de garder plein de belles choses
    dans la tête ,et tout et tout, merci

    RépondreSupprimer
  7. Méga Mercis Chère Délit pour cette superbe aventure et j'aimerai aussi dire Merci à Goumy du blog de goumy : c'est en lisant un de ses courriers que j'avais eu l'info sur la recherche de tricoteuse-eur Quelle riche idée avait eu Goumy de servir de passeur d'infos !! A une prochaine fois ....

    RépondreSupprimer
  8. Il est bien trop court ce billet de blog ! Le souvenir des petits soldats m'étreint le coeur chaque fois, c'est une si belle histoire, si rare, cette oeuvre est une pépite, une parenthèse enchantée. Les mots ne suffiront jamais à te remercier. Bon vent chère Délit <3 <3 <3

    RépondreSupprimer
  9. Tant d’émotions autour de ces bonhommes et bonnes femmes de laine découverts à la manufacture’ des FLANdres avec Hollywool puis à la piscine puis au grand palais. Ils sont là toujours. Avec leur poésie leur histoire et celles qu’on se raconte avec elleux. Merci d’avoir partagé cette aventure’. Jusque que le’plage de Dunkerque ou la lumière est’ souvent parfaite. Merci. Merci encore. Vero. Servat.

    RépondreSupprimer
  10. La fin de la Wool War c'est déjà quelque chose mais alors la fin du Délit Maille c'est la cata...
    Merci à toi chère Délit <3

    RépondreSupprimer
  11. C’est une grande chance de se dire qu’on les a vus en vrai (au Grand Palais pour moi). Tellement émouvants ces petits soldats de laine qui m’ont rappelé mon arrière-grand-père ... Merci VéroniqueB

    RépondreSupprimer
  12. merci pour cette belle initiative, mon petit soldat, en mémoire de mon grand'oncle tué en Artois en septembre 1915,est bien arrivé à destination

    RépondreSupprimer
  13. Ex-crocheteuse j'ai adoré suivre ce blog.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  14. Ce serait plutôt à nous de te remercier, pour ces notes pertinentes sur l'actualité, et surtout pour ce grand rassemblement de mains et d'aiguilles du monde pour tricoter la WWO que tu pensais impossible. Tout comme la victoire de 1918, l'union a été la plus forte. Merci à toi, grande fédératrice, tu as su mener tes troupes. Je n'ai qu'un regret : ne pas t'avoir rencontrée.
    J'attends maintenant devant ma boîte aux lettres ...
    Bises ma belle, j'espère que tes prochains projets seront aussi beaux, et qu'on pourra en voir la réalisation sur un nouveau blog. Au revoir

    RépondreSupprimer
  15. A mon tour de vous dire merci pour cette étrange aventure
    Grâce à vous,j'ai découvert des endroits que jene connaissais pas,j'ai(un peu)mieux compris cette guerre épouvantable et vos petits soldats(en taille)ont fait entrevoir une certaine réalité à mes petits enfants
    Votre projet est fabuleux et sa chute encore plus....acheter un soldat pour aider ceux qui sont en guerre aujourd'hui.Felicitations....et encore merci....

    RépondreSupprimer
  16. Au revoir Delit que je suis depuis le début de ton blog, merci pour tous les bons moments à découvrir tes personnages et tes mises en scènes.
    Maintenant, j'attends le petit soldat que j'ai commandé, et il me rappellera cette belle histoire que tu as créée.

    RépondreSupprimer
  17. Je suis très fière d’avoir participé à la WWO ! Je garde le souvenir des échanges, des doutes, des rigolades sur le parvis de la Gare de l’Est, de la Piscine et du repas partagé avec celles qui avaient pu venir le jour de l’inauguration, du Grand Palais... et maintenant j’attends avec impatience d’accueillir mes petits soldats de laine.
    J’espérais que le Delit Maille reprendrait après cette belle aventure de la WWO... 😢 Que vont devenir tous ces personnages qui nous ont tant émus, tant fait rire aussi ?
    Au revoir Anna ! Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
  18. On est toujours ému et triste lorsqu'une belle histoire s'achève... Un grand merci.

    RépondreSupprimer
  19. Chère Anna,
    Je n'en crois pas mes yeux ! Tout cela s'arrêterait ? Pour la WWO, ok c'était prévu mais que le Délit Maille cesse, alors là, je reste sans voix... Bien sûr, je comprends, bien sûr j'accepte mais je suis triste. J'ai adoré ce que vous avez fait.
    Tout cela avait du sens, de l'humour, ça ouvrait les yeux et c'était tellement empli de tendresse. C'est sûr, vous allez nous manquer.
    Je parle de vous à tout le monde autour de moi depuis des mois... Oups !
    Me reste plus qu'à espérer que le blog restera ouvert pour m'y promener de temps en temps.
    Un grand MERCI mille fois répété et un immense BRAVO pour tout ce travail.
    Restez comme vous êtes, vous êtes une belle personne et bon vent pour la suite. Que vos pas vous mènent vers un ailleurs rempli de belles choses.
    Je vous embrasse.
    Bertille

    RépondreSupprimer
  20. Tellement émue en découvrant ce projet au memorial 14/18. J attends maintenant mon petit soldat que je garderai avec plein de souvenirs en tete. Quel magnifique projet!

    RépondreSupprimer
  21. Ooooh c'est vraiment dommage d'arrêter tout ça… j'ai adoré vous suivre dans vos "délires" tricotesques si drôles, tendres, émouvants, et minutieux !! Beaucoup d'émotions et d'admiration surtout !!

    Merci à vous pour ce courage, cet engagement au long cours…

    A bientôt j'espère quand même...

    RépondreSupprimer
  22. Une majestueuse page de vie que tu nous as permis de partager!! C'est moi qui te dit MERCI !

    RépondreSupprimer
  23. Pour une fois pas de mots, juste des larmes, larmes de joie, larmes de peine. Vas ma Belle, Vas... Mais n'oublie pas que si tu décides de revenir, je serais là, nous serons là. Merci, merci, merci...

    RépondreSupprimer
  24. Une fin c'est souvent, toujours triste.
    Je suis ce blog depuis... l'aiguille en fête... quelqu'un osait dire avec ses mains, raconter les satires des "unes" avec un matériaux doux, j'étais admirative... Et puis...

    Et puis est arrivée cette demande, il te fallait des tricoteuses... çà je savais faire, je suis née avec un fil entre les mains... j'ai répondu et la WWO est née avec tes doutes, nos joies, nos folies et à nouveaux les doutes, les interrogations, les fous rires... nous connaissons la suite...
    nous y avons participé.

    Que va-t'il rester ? les souvenirs bien sur, le petit qui rentre à la maison (je l'attends) des photos (un tas), la plaquette et le livre de tes chroniques... une émotion qui me serre la gorge, l'espoir que ton tallent ne soit pas bouffer par la vraie vie.

    Merci Anna.

    RépondreSupprimer
  25. Aujourd'hui j'ai reçu mon petit soldat, il va rejoindre dans ma bibliothéque la photo de mon arriere grand-pere qui n'est pas revenu de cette saleté de guerre, j'ai lu avec émotion votre dernier mail qui parle d'adieu aux armes et je vous remercie de tout ce que vous nous avez apporté pendant toutes ces années, je vous souhaite une belle route.

    RépondreSupprimer
  26. merci pour cette belle aventure, et peut-être que vous nous en proposerez une autre après un peu de repos.

    RépondreSupprimer
  27. Anna, merci de tout cœur ! Ce matin, j'ai reçu "mon" soldat, le hasard a voulu qu'il porte un pantalon gris, comme ceux que j'ai tricotés. J'ai une pensée pour toutes celles (tous ceux ?) qui l'ont tricoté, façonné, mis en valeur… Je lui donnerais bien le prénom d'un de mes aïeux, mais plusieurs ont fait la guerre. A présent, il faudrait un album de famille, un livre qui raconterait cette incroyable histoire partie de ton blog. Sinon, j'espère que ton blog est répertorié par la Bibliothèque Nationale, sinon il faudrait le demander. Amitiés à tous ceux qui ont participé comme moi à cette aventure, à tous ceux qui l'ont suivie avec bienveillance. Merci, Anna.

    RépondreSupprimer
  28. Bon.
    Délit Maille, pendant 5 ans, c'était géant, fou, drôle, piquant, doux-amer devant la folie et l'avidité des puissants, et plein d'un immense amour pour les humbles... ce fut, donc, entre deux fou-rires, toujours émouvant, et jamais vous ne m'avez laissé insensible... MERCI DELIT !!!
    Vous manquerez.
    Bonne route...

    RépondreSupprimer
  29. Bon.
    Délit Maille, pendant 5 ans, c'était géant, fou, drôle, piquant, doux-amer devant la folie et l'avidité des puissants, et plein d'un immense amour pour les humbles... ce fut, donc, entre deux fou-rires, toujours émouvant, et jamais vous ne m'avez laissé insensible... MERCI DELIT !!!
    Vous manquerez.
    Bonne route...

    RépondreSupprimer
  30. Trop triste, j'ai justement reçu le petit soldat hier, et venais te dire merci - Il est superbe, plus petit que je ne pensais, parfait avec tous les détails minutieusement et amoureusement tricotés - un peu timide encore dans son nouveau foyer, maintenant que tous les régiments sont dispersés, mais on va tout faire pour le mettre à l'aise - et j'apprends que c'est le dernier billet !!! Mais bien sûr, c'est ta décision à respecter - et comme d'autres l'ont déjà dit avant moi, c'est à toi qu'il faut dire merci.

    RépondreSupprimer
  31. J'ai vu la Wool War One au Grand Palais. Emue aux larmes. Touchée par ces petits bonhommes comme je n'aurais jamais pensé l'être... Merci pour ce beau moment d'émotion, mais aussi pour vos drôles de personnages tricotés et pour vos billets toujours si bien écrits. Vous allez me manquer..

    RépondreSupprimer
  32. Mille mercis pour tout
    Aline C

    RépondreSupprimer