mardi 7 janvier 2014

Wool War 1 . Rapport 1



WOOL WAR 

Rapport 1


Bon. 

Alors.

La guerre en laine. 

On en est où ? 

En fait, on en est loin loin loin au-delà de ce qu'on espérait au Délit. 

L'armée en jersey impossible, là, d'un coup, elle devient possible. 

Les Knitting Bees, il y en a eu plein qui se sont manifesté. Des hommes, des femmes, des jeunes, des moyen jeunes, des moyen pas jeunes, des du Nord de la France, du Sud de la France, de l'Est, de l'Ouest, des de grandes villes, des de lieux-dits, des qui ont plein de temps, des qui n'ont pas une minute de libre, des de Belgique, de Suisse, du Portugal, d'Espagne, d'Allemagne, du Ghana, du Sénégal, des Etats Unis, du Canada, du Québec, de Norvège, du Danemark... 

Il y en a qui ont proposé des coins de canapé parisien  pour apprendre à d'autres à tricoter, des qui apprendront à d'autres aussi, mais du côté du Lac Volta, des qui ont prévu de faire ça autour d'un thé, des qui se demandent pourquoi ils ont envie de faire des vareuses, des qui ne savent pas tricoter mais veulent bien traduire, réceptionner, assurer la logistique, des qui des qui ....

Les doigts, c'est pas ce qui va manquer. A 3000 doigts, on a arrêté de compter. 

On n'a pas pu répondre à tout le monde, vu qu'on enregistrait les conscrits, qu'on lisait des centaines de mails plus sympas les uns que les autres. qu'on notait des noms et des adresses, des idées, qu'on faisait des listes, des ratios pelote/volontaire, qu'on calculait et tout et tout. Mais on a tout lu. On espère pouvoir répondre bientôt à chacun. 

Bref, la Wool War, elle va se faire. 

Au Délit on trouve ça très fantastique. Effrayant un peu, mais très fantastique. 

Dès demain, on envie les premières munitions. 

Et demain aussi, on étudie le souci qu'on a. 

Les sous. 

Les sous pour financer cette armée bien plus grande que ce qu'on avait prévu. C'est vraiment beaucoup trop grand. Impossible. Infaisable. 

Du coup, forcément, on a envie d'y arriver. 

La Wool War, si on veut qu'elle soit belle, on ne peut pas la tricoter avec des restes. Ca ne ressemblera à rien, et nous, au Délit, on la rêve belle. Il faut vraiment que tout le monde tricote la même laine, avec les mêmes explications, les mêmes aiguilles. Grosso modo, il faut qu'on trouve 3 euros par soldat (ou 5 euros par tricoteur) juste pour financer la laine et les frais d'envoi. (mais qu'on n'aime pas ça, ces histoires d'argent)

On a en tête plusieurs solutions en tête pour arriver à ça, mais il nous faut encore quelques jours pour décider de comment on fera. 

C'est de ça que dépendra la longueur de la file qui courra sous la verrière du musée magique, du nombre de volontaires qu'on peut enrôler. 

Bref, on réfléchit. 

En attendant la réponse à ce souci-là, la Wool War démarre

1) pour l'instant, on accepte encore quelques tricoteurs, mais plus très longtemps. A priori, tous ceux qui nous ont envoyé un mail seront recrutés, dans l'ordre d'arrivée. A partir de ce soir, on fera sans doute une armée de réserve, pour pallier aux désertions. 

2) On a réparti les Knitting Bees en bataillons. 

Il y a le bataillon Vareuses, le bataillon Musettes, le bataillon Casques, le bataillon Pantalons, le bataillon Sacs à dos, le bataillon Godillots, le bataillon Ceintures-Bretelles-Cartouchières

Ha ben si, il y a des chances qu'au dixième casque tricoté, ça devienne un peu ennuyeux. Mais la guerre, c'est ennuyeux. 

Au Délit, on se charge des gens en laine, qu'on habillera avec tout ce que les bataillons enverront. Il y aura sans doute un petit bataillon Jambes et Ventres, pour qu'au Délit, on puisse prendre des micro-pauses pour manger. 


3) L'idée, c'est qu'au départ on a juste un fil, qu'avec ce fil, les Knitting Bees font des morceaux tricotés, et qu'au final, au Délit, on transforme ça en gens en laine, puis tous ces gens en laine en quelque chose de beau. Donc, non, personne ne tricote son soldat à lui, ce sont  des petits bouts de guerre qui assemblés deviendront le truc dont on rêve. 

4) Demain, on envoie les premiers paquetages aux 50 premiers volontaires (affectation, laine et instructions) 

5) Demain, on croise les doigts pour trouver une solution pour faire pareil pour tous les autres volontaires

6) Accessoirement, demain, on va aussi attaquer  le démontage de l'expo Hollywool qui se termine aujourd'hui..C'était chouette à vivre cette expérience des gens en laine à la Manufacture des Flandres. On va essayer de pas pleurer. . 


Voilà. 

On en est là. 


Si, si, c'est effrayant ce qui se profile. Effrayant mais très fantastique. 


Merci les gens




13 commentaires:

  1. Si tu as la possibilité d'ouvrir un compte paypal, ceux qui peuvent, peuvent peut-être payer leurs munitions et celles que ceux qui ne peuvent pas. Si tous les gars du monde...

    RépondreSupprimer
  2. Euuuuh... chuis inquiète (peut-être pour rien). J'ai envoyé un mail vendredi soir, je n'ai pas eu de retour, et j'ai bien peur d'être en train de rater le départ.
    Qu'est-ce que je dois faire ?

    RépondreSupprimer
  3. Des petits bouts de gens en laine ou de tout ce qu'un poilu trimballé sur lui, c'est bien comme ça que je voyais les choses.....fabriquer les soldats, il faudra tout le savoir faire de délit maille...
    Signé: une knitting bee qui a re- essayé de se servir de ses aiguilles pour voir.....et elle a vu: c'est comme le vélo, ça s'oublie pas

    RépondreSupprimer
  4. Moi, Knitting Bee, j'ai hâte, j'ai hâte, j'ai hâte !

    RépondreSupprimer
  5. J'en suis !! Très fière de savoir tricoter. Et pour le financement, franchement réfléchissez à faire une campagne de crowdfunding ! (Indiegogo ou autre). Je serai partante pour financer mon paquetage (voire plus) et je suis sûre que plein de gens qui savent pas tricoter (ou qui tricotent d'ailleurs) seraient d'accord pour participer à l'effort de guerre !

    RépondreSupprimer
  6. Bien sûr que l'argent c'est le nerf de la guerre... et aussi que ce n'est pas le plus marrant à gérer ! Je réitère donc pour ma part la proposition faite vendredi avec mon inscription,>)))

    RépondreSupprimer
  7. Moi comme je tricote pas je veux bien donner des sous si ça aide.

    RépondreSupprimer
  8. Oh là là.. ce que j'aimerais savoir tricoter ! Si mémé était encore là j'aurais pris des cours et on aurait fait des soldats ensemble... ou pas... parce que mémé elle a connu les soldats et je ne sais pas si elle aurait voulu en parler ! Alors je ne sais pas si on aurait tricoté ensemble mais je suis heureuse que cette expo puisse voir le jour... Se souvenir est important, penser à eux est important...
    S'il existe une autre façon pour participer !

    RépondreSupprimer
  9. Bien sur que je suis prête à payer mon paquetage et même celui d'un compagnon d'armes; l'entraide, la fraternité dans les tranchées n'est pas un vain mot...

    RépondreSupprimer
  10. Je veux bien acheter ma laine, moi aussi ! Le compte paypal, c'est une bonne idée.
    Et puis Hollywool, c'était fantastique, la petite dame qui fait fonctionner les machines à tisser est passionnante aussi, et heureusement que mon mari a vu les gens en laine au-dessus de nos têtes car je les aurais loupés. Et la piscine, quelle merveille… alors merci pour m'avoir fait découvrir Roubaix !

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Délit, je viens de lire ce post. Si c'est les sous le souci, et qu'on ne veut pas tricoter avec des restes, pas de souci: je peux acheter ma pelote: suffit de me donner la référence, et les explications, par mail, c'est bien.
    Bon courage pour toute cette organisation.

    RépondreSupprimer
  12. Question brouzoufs : dans le colis de guerre du retour, en plus de ce que chacun(e) aura tricoté, du saucisson, du gruyère, des biscuits et des gauloises, on peut peut-être glisser un p'tit chèque en guise de subvention au financement de l'achat de la laine, il suffit juste de nous dire à quel ordre : ce serait une sorte de Délithon avec promesse de dons par mail. Elles vont te l'exploser le compteur les knitting bees, moi je te le dis!

    RépondreSupprimer
  13. pas d'histoire de problèmes de sous entre nous
    l'idée de joindre un p'tit chèque à notre colis de retour me plait bien aussi...
    et/ou une p'tite boite chez votre dealer de fils ?

    RépondreSupprimer