mardi 17 septembre 2013

Tricote ton bad boy



DELIT MAILLE 

Tricote 
ton bad boy 


Bon. François Fillon qui franchit le Rubicon en appelant à voter extrême-droite en cas de duel PS-FN aux prochaines élections. La fin du ni-ni. 

Il faut remonter loin pour comprendre ce qui se passe. 

Six ans en fait. Il faut essayer de s'imaginer ce que ça fait, tu es maire d'une petite ville de province, et bim tu te retrouves premier ministre.  Forcément, tu fais la fête avec ta famille, tes amis et tout et tout, tu organises des soirées devant la télé pour quand tu parleras, tu achètes des cassettes pour enregistrer tes discours, un porte-vues pour classer les articles de journux qui parlent de toi, des cadres pour les photos de toi et les grands de ce monde. 

Sauf que pendant cinq ans, rien. Tu ne parles pas, on ne te voit pas nulle part, tu ne dis rien, tu ne fais rien. Les rares fois où tu lèves un doigt timide pour dire que tu n'es pas trop trop d'accord, tu reçois un coup de journal sur le nez, vu que ton contrat, quand tu le relis bien, c'est collaborateur faisant fonction de premier ministre. Ou l'inverse, on n'a jamais bien su. Les rares fois où tu fais la une, on parle de tes chaussettes rouges ou de ta veste col Mao. 

Cinq ans, ça dure ce calvaire, mais tu supportes en attendant que ton heure de gloire arrive. 

Et elle arrive. 

Tu es élu chef de ton parti.  

Forcément, tu fais la fête avec ta famille, tes amis et tout et tout, tu organises des soirées devant la télé pour quand tu parleras, tu achètes des cassettes pour enregistrer tes discours, un porte-vues pour classer les articles de journux qui parlent de toi, des cadres pour toi et les grands de ce monde. 

Cinq minutes. Tu as été quelqu'un d'important cinq minutes. .

Putsch, Cocoe, direction collégiale. En gros, tu te fais barboter ta victoire. Tu es co-chef mais c'est toujours l'autre qui monte à la tribune et qui fait la bise aux vieilles militantes. 

Toi, dans ton petit coin, tu as le temps de ruminer. 

Encore raté. 

Tu tentes alors de rallier à toi la vieille droite française en posant devant ton très magnifique château. Sauf que les chemisettes siglées, le service à thé et les machicoulis, en temps de crise, c'est pas vendeur-vendeur. 

C'est là que ça bascule. En écoutant l'autre co-président  à la tribune, tu comprends que les valeurs que tu disais défendre, les rares fois où tu trouvais un micro pour parler, c'est pas ça qui te mettra sur le devant de la scène. 

Pour faire tomber l'autre de l'estrade, tu es prêt à tout. Tu te dis qu'il faut faire pire que lui. Pire que le pain au chocolat, le débat sur l'identité nationale  et toutes ces choses. Aller chasser à découvert encore plus loin. 

A la sulfateuse tu vas y aller. A l'arme de guerrre. Les dégâts collatéraux, les valeurs, les limites infranchissables, les digues tout ça, rien à faire.

Pour être sur la photo, le collaborateur vire bad boy.

Sauf qu'encore une fois tu t'es trompé. T'avais pas prévu que ton coup de poing, il allait permettre à l'autre de se refaire une virginité en prenant un air offusqué et profondément choqué. Il chasse sur les mêmes terres, mais à couvert.

Encore encore raté. 

Un kit Hells Angel?

Bon ok. 

Le kit Hells Angel comprend les explications détailées et les fournitures nécessaires à la réalisation d'un collaborateur  de 15cm en jersey endroit aiguilles 2 en mission kamikaze. 













 Et puis ça aussi. C'est tout frais, ça vient de sortir. 

Il y a des choses, au Délit, avec lesquelles on a du mal à rigoler. Même en se forçant. 


11 commentaires:

  1. Admirablement pathétique (le tricot, pas le tricoté) !

    RépondreSupprimer
  2. je ne sais pas où on va mais on y va......tout est bon pour être le premier,même basculer du côté noir de la force
    trés dérangeant comme billet mais malheureusement c'est la triste réalité et ça fait....PEUR


    LOLA

    RépondreSupprimer
  3. Merci ! pas seulement pour le kit mais aussi pour la rétrospective...

    RépondreSupprimer
  4. Je propose que, lui aussi, il ait son carton spécial « grosse cloche »...

    RépondreSupprimer
  5. Oui... Triste réalité. Ta "pédagogie" en jersey endroit est remarquable ! Merci Délit, heureusement que tu es là, tiens.

    RépondreSupprimer
  6. Merci Délit, tu remets bien les choses à leur place.

    RépondreSupprimer
  7. ça y est, j'ai compris : tu as certainement fait "sciences-po" pour faire d'aussi bonnes analyses politiques ! et aussi "sciences-psy" pour aussi bien comprendre les hommes-po ! Merci...

    RépondreSupprimer
  8. Ah quel texte, l'histoire est tellement bien racontée!
    Ah les images... ça parle tout autant!!
    Merci le Délit!

    RépondreSupprimer
  9. Bien fait pour lui ! Na !
    Sauf que ça profite à l'autre. Dommage.

    Merci pour cette analyse !

    RépondreSupprimer
  10. Michèle de Limoges18 septembre 2013 à 20:14

    Ce passage c'est en parti moi quand j'étais étudiante en A..

    " et bim tu te retrouves premier ministre (là c'est pas moi). Forcément, tu fais la fête avec ta famille, tes amis et tout et tout, tu organises des soirées devant la télé pour quand tu parleras, tu achètes des cassettes pour enregistrer tes discours (bon les discours c'était pas mon truc) un porte-vues pour classer les articles de journaux qui parlent de toi, des cadres pour les photos de toi et les grands de ce monde. "

    RépondreSupprimer
  11. On peut poursuivre l'analyse politique ici :
    UMP-FN: la valse à quatre temps ratée de François Fillon
    http://www.slate.fr/tribune/77854/francois-fillon-rate-valse-quatre-temps

    RépondreSupprimer