jeudi 1 août 2013

Arty Délit : Tricote ton Marat



ARTY DELIT 

Tricote ton Marat 



Bon. Kit historique. 

Juillet d'il y a 220 ans. 

1793. Ca fait déjà quatre ans que c'est la Révolution et six mois qu'on a coupé la tête du roi.  On pourrait croire que ça va se calmer, que tout le monde va retourner à ses petites affaires, sauf que non. 

A l'Assemblée, c'est le bazar. Les Jacobins trouvent que les Girondins ne sont pas assez révolutionnaires. Que la Révoution devient trop molle. Qu'on s'ennuie. 

Du coup, ils décident de couper des têtes. Plein de têtes. Des royalistes, des traîtres, des Girondins, couic. 
Marat, journaliste et député jacobin écrit que ce qui serait bien c'est que tout le monde s'y mette, histoire qu'on avance un peu dans la Révolution. 

Là, Charlotte Corday, l'arrière-arrière-arrière petite fille de Corneille, elle trouve que c'est abuser. Que ça commence à bien faire. Qu'il faudrait se calmer. En tant que girondine, elle se demande ce qu'elle peut faire pour que tous ces massacres s'arrêtent.

Je vais massacrer Marat, tiens, elle se dit. Pour arrêter les massacres. 

C'était comme ça à la Révolution. Action-réaction. 

Le 13 juillet, elle le fait. Elle poignarde Marat dans sa baignoire où il trempait pour soigner son eczéma.

Et le 17, pour que ça cesse ces massacres pour arrêter les massacres, on lui coupe la tête à Charlotte. 

A force, les décapitations, c'est devenu comme une tradition. 

Au Délit, on s'est dit qu'un kit, ça manquait. 

Le kit Jacob Delafon, première et fidèle reconstitution en jersey endroit de cet épisode tragico-sanitaire de la Révolution.












































***********

Si si, on peut encore jouer au très fantastique concours. Jusqu'au 31 août. 

15 commentaires:

  1. C'est juste magnifique. Très belle mise en scène...j'adore, bravo.

    RépondreSupprimer
  2. Aaaaaaaaaah!!!!!!!!!! :)
    Finies les vacances? Chic (pour nous)
    L'arme du crime est bien une plume d'écolier?
    Ouarf et merci!

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup cette façon de réviser ma culture générale!
    Bravo pour toutes ces créations et mises en situation, tu as beaucoup de talent!

    RépondreSupprimer
  4. C'est un vrai couteau, la preuve en photo : Marat ne s'en est pas remis.
    Et puis, elle est jolie, avec son bonnet et tout et tout.
    Merci de nous avoir épargné la fin tragique. Le bourreau est déjà assez effrayant comme ça.

    RépondreSupprimer
  5. Superbe mise en scène
    J'aime bien la bougie d'anniversaire en guise de chandelle ...
    Merci de nous avoir épargné la guillotine finale.

    Missy Miss

    RépondreSupprimer
  6. superbe conversation la Charlotte !

    RépondreSupprimer
  7. Michèle de Limoges2 août 2013 à 06:47

    Elle ést mignonne Charlotte avec sa charlotte !

    RépondreSupprimer
  8. J'adore, comme toujours ! :-) Autant les images que les paroles !
    Et merci pour cette révision de la Révolution ! J'avais déjà tout oublié, moi. A présent, je pourrai ramener ma science sans dire de c...ries ! ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Où as-tu trouvé ce tout petit mimi couteau ?...

    RépondreSupprimer
  10. Ben non, au contraire, il fallait la guillotine et la tête dans le panier !
    SIL

    RépondreSupprimer
  11. le fait divers historique dans toute sa cruelle simplicité... Quel réalisme !
    J'en suis baba d'admiration...

    RépondreSupprimer
  12. c'est qui Marat ?
    que dire ? c'est bien pour la Piscine ce peignoir .

    RépondreSupprimer
  13. belle interprétation du tableau, on s'y croirait.

    bravo,j'aime beaucoup l'art en tricot.

    a bientôt dans les musées

    m.paule

    RépondreSupprimer
  14. quelle mise en scène dramatique ! et de nombreux petits détails bien trouvés (la bouteille de lavande est très jolie...)

    RépondreSupprimer
  15. Je kiffe les belles lumières et couleurs ! Merci !

    RépondreSupprimer