lundi 29 octobre 2012

Tricote ton ultimatum de compétitivité



DELIT MAILLE 

Tricote 
ton ultimatum 
de compétitivité



Bon. Les grands patrons. sont à cran. 

Dans le JDD, dimanche, les grands patrons lancent un ultimatum au gouvernement. Avec en photo, cinq grands patrons qui valent grosso modo 128 milliards d'euros. 

Ce qu'ils disent, les 98 plus grands patrons français, c'est que ça va pas. C'est pas comme ça qu'il faut faire. Alors, le plan, c'est qu'on baisse les charges sur leurs entreprises,, histoire d'être plus compétitifs.

Plus riches quoi. 


Ah ben oui, forcément, ça va faire un trou dans les finances de l'Etat, cette chose, mais les grands patrons ont prévu la parade. Il suffirait que chaque Français accepte de payer plus pour tout, avec une hausse de la TVA à 21 et des poussières, et hop, c'est parfait comme ça. Une petite pièce pour les grands patrons à chaque achat, un grand pas pour la compétitivité. Si en plus on pouvait leur donner, aux grandes fortunes,  un peu des sous des hôpitaux, des tribunaux, des écoles, des transports, des routes, et tout et tout, c'est incroyable comme ils deviendraient compétitifs. 

L'accroissement de la richesse intégralement compensé par l'accroissement de la pauvreté. Budget parfaitement équilibré. Une merveille de plan. 

Bon, tant qu'ils y étaient, ils ont aussi demandé qu'on en finisse avec ces simagrées autour du gaz de schiste et du nucléaire.

Et puis aussi si on pouvait revenir sur le droit du travail, ce serait bien. 

Pour le choix des ministres et l'aménagement des bureaux de l'Elysée, ils ont rien dit. 

Par contre, en off,  ce qu'ils disent les grands patrons, c'est que si ça ne va pas comme ils veulent,

les hostilités seront lourdes, les réactions excessivement violentes. Il y a des gens à cran dans nos rangs 


Mince. A cran. Des hostilités lourdes. Des réactions excessivement violentes. 

Ca fait craindre le pire. Avec tous les salariés qu'ils tiennent en otage, ça va être une vraie boucherie.



Un kit Compétitivité pour les grands patrons. 

Le kit Compétitivité comprend les instructions détaillées et les fournitures nécessaires à la réalisation 
- d'un petit grand patron à cran de 15 cm aux aiguilles 2 
- des politiques qui trouvent que le plan des grands patrons est très fantastique 
- d'un otage en bleu de chauffe

Le kit Compétitivité, la première prise d'otage en jersey.  

















13 commentaires:

  1. À se demander s'ils vivent bien dans le même monde que nous… Ils ne réalisent même pas leur indécence.
    Sinon, il me semble reconnaître deux, trois encagoulés et dire que je suis étonnée de les trouver là serait mentir :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour
      Sarko nous avait prevenu
      apres les elections , si je ne suis pas élu, je ferai du fric !!!!!!
      pour une fois il tient paraole pfff
      gabrielle 11

      Supprimer
  2. Franchement : ça fait peur !

    Y a pas à dire le jersey c 'est mortel !

    RépondreSupprimer
  3. On vous a reconnu, Copé, Sarko, ...!

    RépondreSupprimer
  4. J'aime décidément bien la politique expliquée par le Délit Maille. Une solide dose de bon sens qui manque manifestement à certains...

    Bref, tes encagoulés, on va vraiment finir par les prendre en laine...

    RépondreSupprimer
  5. Le politico-tricot, c'est beaucoup plus abordable! J'aime beaucoup ton interprétation. J'avoue que ces nouvelles me donneraient presque envie de rire s'ils n'étaient pas si sérieux. Entre rires et pleurs, je positive. En tout cas, merci de mettre un peu de gaité dans ma journée.

    RépondreSupprimer
  6. je crois que je vais abandonner complètement d'écouter les infos à la radio (j'ai pas la télé), et je viendrai les lire uniquement sur ton blog : on a à la fois l'info horrible et indécente, et matière à en rire quand même... Merci ! (tu devrais réclamer l'attribution d'une partie de la taxe sur l'audio visuel)

    RépondreSupprimer
  7. PS : je n'avais pas remarqué les bâtons de dynamite... quel arsenal de terroristes chez les grands patrons !

    RépondreSupprimer
  8. j'hésite entre rire et pleurer ! dans quel monde vivent-ils donc ?
    c'est excellent comme d'habitude !

    RépondreSupprimer
  9. Moi, Copé, comme je l'ai déjà dit, je ne le reconnais pas sans son sparadrap. Alors avec une cagoule...
    Ils me fatiguent tous, ces déconnectés qui déconnent.

    RépondreSupprimer
  10. Il y a pris gout l'homme au sparadrap! Voilà qu'il veut descendre dans la rue avec ses 98 bon-a-rien... Où est passée la droite normale?

    RépondreSupprimer
  11. tu as juste oublié les retraités qui roulent sur l'or et à qui on devrait quand même montrer ce que c'est que l'égoïsme des vieux...
    mais comme d'hab ton kit permet de rire de ce qui pourrait être dramatique.

    RépondreSupprimer