mercredi 19 septembre 2012

Tricote ton parrainage

DELIT MAILLE 
Tricote 
ton parrainage



Bon. Ce coup de théâtre, mais ce coup de théâtre.

Ca faisait quand même des jours qu'on savait que c'était plié. Tous ces parrainages qui affluaient au siège de campagne de Jean-François Copé, tous ces sympathisants qui se bousculaient pour remettre leur petit billet avec son nom à lui, Jean-François Copé, pour la présidence de l'UMP. Un plébiscite. Plus trop de suspense, mais de l'émotion, ça oui, il y en avait. Ce lien très fort entre les militants et leur chef, c'était beau. 35000, il disait Jean-François. Au bas mot.

Forcément, les fillonistes étaient dépités. Sans accès au fichier des militants, ils partaient avec un handicap. 15000, ils disaient. Presque en pleurant.

Sauf que c'était un stratagème. 

Faire croire qu'on a perdu, laisser l'autre faire le malin devant les caméras,  pour mieux lui asséner le coup de grâce. 

Bim. 45000 parrainages pour Fillon.

35000-45000. Score final. 

Aïe. 

Le kit Parrain comprend les instructions détaillées et les fournitures nécessaires à la réalisation 
- d'un Jean-François Copé de 15,5cm en jersey endroit 
- d'un François Fillon de 18cm en jersey endroit aussi
- des fidèles soutiens, Nadine Morano (cuissardes incluses) et  Eric Ciotti aux aiguilles 2.
 




















7 commentaires:

  1. Mais, Copé a son pansement qui fout l'camp?????
    (Faudrait peut-être le repriser carrément? on va s'en charger....)

    RépondreSupprimer
  2. Dix-huit centimètres, le Fi[ll]on ? L'est pourtant pas si grand que ça, non ?

    RépondreSupprimer
  3. On vit vraiment une époque formidable !

    Heureusement que vous êtes là !

    RépondreSupprimer
  4. excellente, la mise en scène ! on entend presque le raclement de la caisse que Fillon pousse... Merci de ce regard acéré sur l'actualité !

    RépondreSupprimer
  5. Entre JFC avec son pansement qui se décolle et FF avec sa jambe dans le plâtre, tu parles d'une équipe de bras cassés... lol !! sont mal barrés !

    Missy Miss

    RépondreSupprimer
  6. ouah les cuissardes de Morano, quelle classe !!

    RépondreSupprimer