jeudi 8 mars 2012

Tricote ton sardinier breton.



DELIT MAILLE 

Tricote 

ton sardinier breton.




Bon. Le président est passé à la télé.

C'était drôlement triste.

Le président a dit que sa vie personnelle, c'était sa vie personnelle. Qu'il avait horreur de l'impudeur. Horreur mais horreur.

C'est pour ça que, dans le poste, devant quelques millions de téléspectateurs, en prime time sur la 2, tout seul au milieu du plateau, avec des caméras partout autour, il a longtemps longtemps longtemps parlé de ses amours, de son ex, de sa rupture avec Cécilia, de comment ça avait été dur, de comment sa famille explosait, de la partie de sa tête qui était consacrée à d'autres problèmes, de sa nouvelle histoire avec un mannequin, de ses enfants, de ses amis qui l'avaient  soutenu dans ses déboires sentimentaux.

C'était poignant. Bon, un peu loin des affaires de la France, mais poignant.

Et puis, ce qu'il y a eu de bien aussi, c'est comment cette émission pudique a permis de rétablir, enfin, des vérités.

Au Délit, bêtement, comme tout le monde, on croyait qu'au lendemain de son élection, le président avait renoncé à la retraite monacale qu'il avait évoquée pour habiter la fonction. On croyait aussi qu'il avait pris un jet privé pour rejoindre le Paloma, le yacht de 60 mètres de long ( tarifs de location ici) de son copain Vincent Bolloré. On croyait bien l'avoir vu faire le foufou sur le pont. On croyait aussi que Vincent Bolloré était un industriel, dixième fortune française (classement Challenges 2011). On croyait bien avoir lu, à l'époque, que c'était un peu embêtant qu'un président fasse copain copain avec quelqu'un qui pourrait vouloir décrocher des contrats avec l'Etat.

Et en fait, on se trompait.

Le président, dans le poste, a expliqué que ce n'était pas ça du tout du tout l'histoire. Ce qui s'est passé, en fait, c'est que Vincent Bolloré, c'était juste un gars gentil, un petit Breton dont le père fabriquait du papier à cigarettes sur un coin de table, pas du tout un industriel à la tête d'une fortune de 3,8 milliards d'euros. Un brave gars, Vincent, qui, quand il a vu le président pudique tout triste après ses problèmes de couple, est venu, gentiment, voir le président tout triste, qu'il l'a pris dans ses bras et qu'il lui a dit, gentiment «tu travailles comme un fou, je n'ai pas un seul contrat avec l'État, tu as fait 4 ans au ministère de l'Intérieur, une campagne épuisante, tu n'es pas encore président de la République, viens passer trois jours sur le bateau!"
Le gentil petit Breton qui savait que la famille du président battait de l'aile, il a dit aussi: "ça arrangera peut-être les choses».

C'est comme ça que ça s'est fait.

Là, un kit, c'est indispensable. Pour rétablir la vérité et couper court à toutes ces rumeurs de cuistres.

Donc le kit Breizh comprend les instructions détaillées et les fournitures nécessaires à la réalisation pudique
- d'un couple  (12 et 15 cm) et une modeste montre.
- d'un modeste petit Breton gentil en ciré jaune et bottes Aigle.
- d'un modeste sardinier
- d'un mouchoir

Avec le kit Breizh, réalisé dans un fil austère, réécris l'histoire et rachète-toi une conduite à peu de frais. C'est pratique et ça ne coûte pas cher. Et puis, "ça arrangera peut-être les choses".























Gracieusement offert avec le kit Breizh, le mouchoir.

 

24 commentaires:

  1. Mon mari me demande pourquoi je rigole toute seule devant mon ordi!!!
    Mieux vaut en rire qu'en pleurer, non?
    Merci encore de ce joli conte (?), j'adore le mouchoir (mais sera-t-il assez grand?)

    RépondreSupprimer
  2. Excellentissime !
    Ces trois dernières notes sont vraiment des chefs d'oeuvre !
    Un immense bravo.

    RépondreSupprimer
  3. ahhhhhhh ! que je l'aime quand il pleure..........

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai, poignant!
    J'veux les bottes (mais pas le mouchoir)

    RépondreSupprimer
  5. Je suis en train de me demander, subitement (cerveau lent), ce que je préfère : le texte ou l'image ?
    Les deux, sans doute.

    RépondreSupprimer
  6. Mais est-ce que vous prenez le temps de dormir ???

    Quel rythme de production ! Et quelle belle histoire ! J'en regretterais presque de ne pas avoir la télé !

    Mais... je suis sûre que l'histoire est mieux racontée ici, en mots et en mailles, qu'à la télé...

    RépondreSupprimer
  7. Mais comment que ça à pu nous échapper jusqu'à présent cet aspect du couple Sarkozy-Bruni, "Nous sommes des gens modestes"!!! Franchement on doit avoir de la m.... dans les yeux (ou des tomates dessus comme dirait Frau Merkel) pour pas l'avoir vu avant! Heureusement que Carla l'a dit, sinon on serait morts idiots!

    RépondreSupprimer
  8. Tu es extraordinaire, DelitMaille !
    Quel talent tous les jours ! de tricot, de mise en scene, d'humour !
    MERCI !!

    RépondreSupprimer
  9. Je ne sais pas ce qui est mieux : l'intro où les photos !

    RépondreSupprimer
  10. Gran-di-ssi-mmmmmeeu.
    Vous êtes de grands journalistes-reporters-écrivains-photographes-communicants : vous avez percé les secrets des tricoteurs-de-story-tellings...

    Merci.

    RépondreSupprimer
  11. le style est à la hauteur de la réalisation:magistral!

    RépondreSupprimer
  12. Je ricane bêtement, toute seule devant mon écran à regarder ton petit bonhomme pleurer ; pas charitable pour deux sous que je suis. Et je me dis que tu as dû bien te marrer à monter tout ça, scénario, écriture, tricot et photos...
    Continue, ton blog est une œuvre de salut public. Suis sure qu'un jour on fera une thèse dessus !

    RépondreSupprimer
  13. Trop bon de lire ça le matin avec le café qui va bien. C'est vrai que des fois on se demande s'ils ne nous prennent pas tous pour des crétins congénitaux sans cervelle et donc sans mémoire !
    J'ai regardé C'est dans l'air hier soir et oups, c'était "Mme mon mari" qui était invitée... Ouais "modeste" c'est tout ça et puis "extraordinaire" est revenu au moins... 20 fois ??? Me demande si tu as un kit sous la main pour ça ?
    En tout cas, merci merci pour ton humour, tes analyses des situations et les tricots.
    Biz

    RépondreSupprimer
  14. Que ça déborde d'humilité, de modestie et d'austérité toutes ces photos ...

    RépondreSupprimer
  15. Dehors, il fait beau... à côté de moi, un bol de café... sur mon ordi, un nouveau billet de Delitmail... je ris aux larmes... que demander de plus pour bien démarrer sa journée ?

    RépondreSupprimer
  16. Ce Breton en ciré jaune est magnifique!

    RépondreSupprimer
  17. je me répète à chaque fois mais j'adore ce que tu fais !
    tu dis tellement bien en quelques images ce que Nicolas met 2 heures à nous expliquer à nous autres,méchants citoyens haineux, qui ne comprenons rien à l'histoire du petit Nicolas !
    Je crois que je vais voter Délit Mail aux prochaines présidentielles!

    RépondreSupprimer
  18. J'adore j'adore j'adore ^^ Ce petit kit m'a réchauffé le cœur mouahaha

    RépondreSupprimer
  19. belle rigolade en voyant ce pauvre Petit Ncilas
    Merci pour ce beau reportage

    RépondreSupprimer
  20. j'attends avec impatience la visite du petit bonhomme (12 cm) chez Lejaby à Yssingeaux, parait qu'on ne l'a pas accueilli à bras zouverts, tiens donc (bande d'ingrates,va!)
    Merci encore d'améliorer cette campagne électorale lamentable...

    RépondreSupprimer
  21. il est trés touchant avec son mouchoir blanc !!!
    on voterait presque pour lui ...............
    nonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn
    gabrielle

    RépondreSupprimer
  22. hilarant .... quel talent tu as !! un vrai bonheur merci !

    RépondreSupprimer